Le Blog de Magali Plovie, conseillère communale Ecolo à Forest

jeudi 28 mars 2013

Adoption du budget au conseil communal de Forest



Mardi, je suis intervenue pour le Groupe Ecolo concernant le budget de la Commune de Forest.  

Face au déficit de la commune, nous avons rappelé l’importance de travailler tant sur les dépenses de manière globale que sur les recettes et les taxes, ainsi que sur les opportunités de financements du Fédéral, de la Région et de l’Europe. Nous voulons que, dans le plan triennal, nous puissions mettre les mesures nécessaires pour infléchir le budget vers une meilleure tendance et tendre vers un équilibre, tout en assurant à la population Forestoise un cadre agréable à vivre, avec des équipements collectifs accessibles et de qualité, tout en veillant aux plus démunis : dignité et bien-être. 

Nous avons insisté pour poursuivre une politique de soutien à sa population, y compris les plus fragilisés et les plus précarisés.  La solidarité est notre seul moyen pour assurer à l’ensemble de la population la possibilité de mieux vivre ensemble et dans la dignité.  Si nous perdons cet objectif, nous créerons dans notre commune des tensions extrêmement graves. 

Enfin, nous avons demandé de travailler sur le budget pour le rendre transparent et le plus compréhensible pour la population. Ce budget devra être publié pour la population. Dans cette même logique, nous prônons la mise en place d’un budget participatif.  J’en profite pour publier ci-dessous un article que j’avais écrit en septembre dernier avec Loïc GERONNEZ.
Pour voir l’intervention du Groupe Ecolo concernant le budget 2013 de la Commune de Forest : Adoption du budget




Mise en place d’un budget participatif



En 1989, l’expérience des budgets participatifs est lancée dans la ville de Porto Alegre, avec pour but de permettre aux citoyens non élus de participer à la répartition des moyens publics.

Cette expérience, menée à Porto Alegre depuis maintenant plus de vingt ans avec un réel succès, amène d’autres villes des pays d’Amérique latine, d’Afrique et d’Europe à se lancer dans ce processus participatif. La ville d’Aubagne en est un exemple. Depuis 2005, les habitants de cette petite ville du Sud de la France ont la possibilité de participer activement à la construction du budget de la ville tout au long de l’année, à l’occasion des conseils de quartier et de divers ateliers.

Le budget participatif se révèle être un dispositif original, cohérent et très fonctionnel. Il s’organise d’abord sur une base territoriale : tous les citoyens sont invités à se rassembler par quartier et à faire remonter les projets dont ils ressentent la nécessité. Ils désignent à cette occasion des citoyens qui constitueront le Conseil du Budget Participatif et seront chargés de hiérarchiser ces projets à l’aide de critères équitables. Ils doivent ensuite rendre compte aux citoyens de leurs quartiers de la hiérarchisation réalisée.

Cette émergence des projets peut également être organisée sur base thématique (ex : le logement,…). La combinaison de l’entrée par le territoire (le quartier) et par le thème permet ainsi d’avoir une vision globale pour la commune. Les projets des différentes Assemblées de Quartier et des commissions thématiques sont ensuite présentés aux autorités locales en vue de l’élaboration du budget de la ville.

Le projet des budgets participatifs permet de créer une nouvelle culture démocratique, basée sur la transparence, l’information et l’équité. Il est mobilisateur en permettant aux citoyens d’exercer leur citoyenneté tout au long de la législature et non uniquement au moment des élections. Il permet aussi de créer une nouvelle relation entre les citoyens et les élus.


Ricard GOMA, adjoint au maire de Barcelone, et président de la Commission « Inclusion Sociale et Démocratie participative », souligne l’intérêt des budgets participatifs :

« Une politique de démocratie locale acquiert sa légitimité lorsqu’elle encourage le dynamisme de la société, lorsque tous les acteurs travaillent ensemble sur le développement humain. C’est en combinant les démocraties délibérative et participative que les élus et les citoyens sont capables d’améliorer l’action publique. »

 

Et pourquoi pas des budgets participatifs à Forest ?

ECOLO s’engage à initier ce mode de gouvernance pour la prochaine législature en suivant différentes étapes :
  • Rendre accessible la compréhension du Budget Communal à tous les citoyens:
    • par un travail sur la présentation du budget, en réorganisant l’information par thématique (logement, enseignement, travaux publics…);
    • par un travail d’explication du fonctionnement du budget communal.
  • Déterminer les règles du budget participatif qui seront ensuite débattues avec les citoyens;
  • Déterminer les lignes budgétaires qui seront soumises à un processus de décision partagée entre les citoyens et les élus.
    Un montant d’investissement sera déterminé afin d’être utilisés pour développer les projets portés par les citoyens au cours de l’élaboration du budget.
Dans le cadre de grandes difficultés financières, certaines villes du Brésil ont pu mobiliser leurs populations autour de cette expérience. D’autres villes les ont suivies en Europe et dans le monde.
  • Elles ont redonné du sens à leur régime démocratique;
  • Elles ont amélioré la gestion de l’argent public en augmentant la transparence sur son utilisation;
  • Elles ont amélioré l’équité des investissements réalisés en impliquant davantage les citoyens dans la détermination des priorités.
Je suis convaincue que, dans une période où les finances communales ne sont pas toujours au beau fixe, ce processus pourra participer à l’instauration d’une nouvelle gouvernance au sein de la commune, mobilisant les citoyens Forestois.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire