Les mesures fédérales de contrôle des chômeurs suscitent de nombreuses inquiétudes



Les mesures fédérales de contrôle des chômeurs suscitent de nombreuses inquiétudes

Suite à l’article paru dans Le Soir du 25 février dernier concernant le suivi des chômeurs, j’ai interpellé la Ministre de l’Emploi, Céline FREMAULT.

Il est prévu dans l’accord du Gouvernement Fédéral de décembre 2011 de nouvelles mesures visant à réformer le marché du travail ; cet accord prévoit notamment :

  • une politique de dégressivité des allocations de chômage ;
  • une augmentation de l’âge du contrôle de la disponibilité active des demandeurs d’emploi, augmentée à 55 ans à partir de 2013 et à 58 ans en 2016 ;
  • une réforme du stage d’attente ;
  • un nouveau régime pour les travailleurs à temps partiel ;
  • l’élargissement de la notion d’ « emploi convenable ».

Ces nouvelles réformes sont inquiétantes et ce, d’autant qu’elles sont adoptées dans le contexte actuel de crise économique et financière. A croire que certains pensent encore qu’une situation de plein emploi est possible…

Il en découle de nombreux risques :

  • une pression plus grande sur les demandeurs d’emploi sans tenir compte du contexte économique global. Actuellement à Bruxelles, il existe pour les chômeurs peu qualifiés, et moins d’une offre d’emploi pour 100 candidats ;
  • un report de la charge des demandeurs d’emplois exclus sur les CPAS ;
  • un risque de compromettre davantage la qualité et la crédibilité de l’accompagnement mené par les Régions au travers de leur implication dans le contrôle des demandeurs d’emploi via la transmission des données à l’ONEM.

La Ministre, dans sa réponse, a confirmé que ces mesures allaient avoir un impact sur l’accompagnement que la Région organise auprès des demandeurs d’emploi. L’accord de coopération en la matière entre le Fédéral et les Régions est d’ailleurs en cours de révision afin d’intégrer des modifications nécessaires telles que l’élargissement du public cible accompagné, un suivi plus rapide, des trajets spécifiques pour certains demandeurs d’emploi ou l’application d’un seul plan d’action par demandeur d’emploi. Cette révision de l’accord de coopération de 2004 implique des missions complémentaires pour les Régions et nécessite dès lors des moyens financiers supplémentaires, ce qui est en cours de négociation.

Le Groupe Ecolo est indigné par les mesures injustes qui sont prises par le Gouvernement Fédéral ; il restera attentif à l’impact de ces mesures sur la qualité de l’accompagnement des demandeurs d’emploi et sur les compétences et les budgets de la Région Bruxelloise et des Communes. Nous serons aussi attentifs à l’évolution de ce dossier dans le cadre du transfert de la compétence du contrôle des demandeurs d’emploi. Comme les acteurs de terrain l’ont régulièrement relayé, le contrôle et l’accompagnement des demandeurs d’emploi doivent être strictement scindés. Il restera à poursuivre la préparation de ce transfert de compétences dans les prochains mois.

Compte-rendu de l'échange (en page 6)





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le non-recours aux droits sociaux et la sous-protection sociale.

Les écoles de Forest

A l’aube d’une nouvelle année !