Des travaux d’intérêt général pour les chômeurs, une stigmatisation supplémentaire !



Récemment, le sénateur Open-VLD Rik DAEMS a proposé d’obliger les chômeurs de longue durée à effectuer des prestations de travail non-rémunérées au profit de la communauté.

Depuis plusieurs années, on fait de plus en plus porter une charge très lourde sur les épaules des demandeurs d’emploi alors que, prioritairement, il faut créer des emplois.

En effet, il y aurait, d’après le rapport annuel 2011 d’Actiris, 106.505 chômeurs pour 27.000 offres d’emploi, et seulement 2.747 offres d’emploi susceptibles de correspondre au profil de 70.743 demandeurs d’emploi peu qualifiés.

Un énorme travail doit également se poursuivre pour aider et accompagner les demandeurs d’emploi. Cet accompagnement qui doit être individualisé et adapté. Des mesures et des outils sont créés pour permettre cet accompagnement, mais on voit hélas qu’il n’est pas individualisé et qu’il ne prend en compte que le carcan fixé par l’ONEM

En tout cas, ce type de proposition ne me semble pas du tout adéquat, au contraire ! Une analyse intéressante de cette proposition a été publiée dans la Libre, dont voici l’adresse : 


Je m’inscris complètement dans cette analyse. Par contre, il faut pouvoir soutenir les demandeurs d’emploi dans leur volonté de faire du bénévolat ou même leur proposer des possibilités. Mais dans un esprit constructif et revalorisant pour le demandeur d’emploi.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le non-recours aux droits sociaux et la sous-protection sociale.

Les écoles de Forest

A l’aube d’une nouvelle année !