Le non-marchand : une réelle plus-value sociétale et pierre angulaire d’une économie durable !


Les syndicats du non-marchand, en front commun, ont mobilisé ce 27 mars  2.500 personnes dans les rues de Bruxelles. Objectif ? Replacer le non-marchand au centre du débat.

Leurs revendications :
-         la création d’emplois dans le non-marchand ;
-         des services de qualité, avec des professionnels motivés ;
-         des conditions de travail et salariales attractives ;
-         une réforme de l’Etat qui ne se fasse pas sur le dos du non-marchand ;
-         répondre aux besoins et défis de demain.

Ecolo était présent à cette manifestation pour soutenir le non-marchand. Face à la commercialisation galopante et à la privatisation du social et de la santé, le secteur est en péril. Il a besoin d’être soutenu et développé. Le non-marchand crée des emplois non délocalisables tout en contribuant directement au bien-être de la population.

Ecolo rappelle que le non-marchand constitue une plus-value et non une charge ! Il est au cœur de la transition écologique de l’économie.

Le non-marchand : un choix de société !

Nos propositions :

-         orienter les aides à l’emploi pour mieux soutenir le secteur du non marchand et revoir le fonctionnement des ACS pour en faire un outil de financement sectoriel ;
-         associer les interlocuteurs sociaux  à la gestion des nouvelles compétences liées à la sixième réforme;
-         proposer un nouvel accord du non-marchand permettant la pérennisation de tout le secteur et assurer une harmonisation des statuts sur Bruxelles ;
-         développer davantage les mesures de formation à destination du secteur afin de poursuivre ses efforts de professionnalisation (augmentation du nombre d’heures éligibles dans le cadre du congé éducation payé, accessibilité aux centres de compétences, …) ;
-         contribuer de manière générale au bien-être des travailleurs par des actions spécifiques et variées telles que l’extension des missions de l’Association Bruxelloise pour le Bien-être au Travail (ABBET) aux travailleurs sociaux relevant des autres entités bruxelloises ;
-         mettre en place la charte associative et rendre contraignants ses principes ;
-         financer les institutions sur une base pluriannuelle.

Magali PLOVIE                                                  Catherine MORENVILLE
Députée bruxelloise                                             Candidate 14e effective
Candidate 1e suppléante


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

A l’aube d’une nouvelle année !

Les écoles de Forest

Un musée du capitalisme à St Gilles