Le Blog de Magali Plovie, conseillère communale Ecolo à Forest

jeudi 5 novembre 2015

Forest = commune hors TTIP

A Forest, on peut se réjouir quotidiennement d’une mobilisation citoyenne pour le bien-vivre ensemble, du local au global. Que ce soit pour les potagers collectifs, la participation aux débats d’aménagements de voiries mais aussi des questions d’économie collaborative ou d’accueil des réfugiés, les habitants de Forest se bougent pour la cohésion sociale, les enjeux environnementaux et la solidarité!

Dernièrement au sujet du TTIP, grâce à un remarquable travail d’information des Forestois, des citoyens réunis dans la locale de Tout Autre Chose – Hart boven Hard, ont pu porter une interpellation forte devant le Conseil Communal. Soutenu unanimement par les élus Ecolo, cette motion réclame l’arrêt de toutes les négociations sur les traités commerciaux transnationaux.

Il y a un an et demi déjà, Ecolo avait porté une motion de réserve sur le TTIP. Cet automne, l’interpellation citoyenne et la détermination politique d’Ecolo et d’une large majorité  (Ecolo, PS Spa, FDF, Cdh) malgré l’opposition du MR, ont permis de franchir un pas supplémentaire pour affirmer le blocage des Forestois à ces « accords » anti-démocratiques. En effet, l’opacité des débats fait peser les pires craintes sur l’abandon de l’emploi, des critères de qualité sanitaires et environnementaux à la logique du marché entre quelques multinationales.  Ce recul de l’Etat de droit serait en outre accéléré par le règlement des différends commerciaux entre Etats et entreprises devant un tribunal d’arbitrage permettant tous les dumpings et dictant à coup de sanctions financières les aberrations du libre-échange dérèglementé. L’entrée en vigueur de tels traités toucheraient de plein fouet les entités locales, il est dès lors crucial que le niveau communal se mobilise massivement.

Merci aux citoyens et aux associations qui se sont approprié la problématique, ont rassemblé les Forestois pour aboutir à cette motion courageuse et nécessaire. A plus d’un titre, c’est une belle démonstration de démocratie.
Magali PLOVIE & Stéphane ROBERTI

mercredi 1 juillet 2015

La prison de Forest : une maison d'arrêt près de chez vous

La prison de Forest, qui jouxte la prison de Saint-Gilles, comprend une section pour les hommes (située rue de la Jonction) et une section destinée aux femmes ( rue Berkendael). La partie actuellement réservée aux hommes a été bâtie en 1910 selon le style architectural dit « Ducpétiaux », du nom de cet inspecteur Général des prisons qui initia la construction d'une série d'établissements selon le modèle du « panoptique ». Cette configuration, permettant une surveillance « à distance » à partir d'un point central d'où rayonnent les ailes où se trouvent les cellules, répondait à la volonté d'un isolement net des détenus entre eux ainsi que des autres services de la prison. Aucun espace commun n'y a été ainsi conçu. Les conceptions qui ont préfiguré ce type de construction sont aujourd'hui dépassées étant donné leur effet désocialisant, la réinsertion s'appuyant en effet pour une grande part sur un travail relationnel et le contact avec l'extérieur.

La prison de Forest est une maison d'arrêt, c'est à dire accueillant principalement des personnes mises en détention préventive (on parle ainsi de « prévenus »). Le maintien d'une personne en détention préventive doit être confirmé par le juge tous les mois, en fonction de l'état d'avancement de son dossier. Notons à ce propos que seul un faible pourcentage de ces personnes se retrouvent finalement condamnées (environ 30%), ce qui signifie qu'une grande partie d'entre eux aura été incarcérée « pour rien ». Ce constat n'est pas sans susciter des questions, s'il l'on pense notamment à la surpopulation endémique de nos prisons et ses conséquences tant sur le personnel que sur la situation des détenus.

La prison de Forest est en effet prévue pour accueillir 372 personnes et est régulièrement épinglée pour sa surpopulation. Le taux de détention peut atteindre dans certaines ailes jusqu'à 235% d'occupation (ce fut le cas en 2012). Le nombre actuel de détenus (au 2 juin 2015) est de 567 (dont un peu plus de 90 internés), chiffre en faible diminution au vu de la fermeture prochaine de l'aile D. Ceci signifie entre autres que de nombreux détenus (30 % en moyenne) se retrouvent 23h/24h à 3 dans une cellule de 9m² initialement prévue pour 1 ou 2 occupants, et ce dans des conditions de vie et d'hygiène épouvantables (seau hygiénique, matelas par terre,..).

La prison a d'ailleurs à cet égard fait l'objet d'un rapport accablant suite à la visite du Comité européen pour la prévention de la torture en 2012, sans que la situation n'ait depuis évolué. Notons en outre que la Belgique se voit régulièrement condamnée (encore tout récemment en 2014) par la Cour européenne des droits de l'homme suite au constat répété de conditions de détentions indignes et assimilables à la torture. Suite à la demande de plusieurs associations de droits de l'homme, un arrêté de la bourgmestre de la législature passée, repris par le bourgmestre actuel a par ailleurs été déposé afin de limiter le seuil de surpopulation à Forest.

L'extrême vétusté des lieux et le manque de locaux pour assurer les suivis sociaux des détenus constituent une entrave à leur réinsertion. Sans ce travail, le retour dans la société ne sera en effet pas aussi favorable que s'ils bénéficient d'un suivi.

Écolo demande que les conditions de détention puissent être améliorées en vue de répondre aux condamnations internationales. Dans un tel contexte, nous estimons que nous devons œuvrer à la mise en place de conditions qui favorisent efficacement la réinsertion, ce qui n'est actuellement pas le cas.

Il est important aussi de diminuer le nombre de détenus tant dans la prison de Forest que de manière générale. Regardons les politiques ambitieuses et réussies à ce sujet dans d'autres pays comme la Finlande. Une partie des détenus actuels devrait pouvoir être pris en charge de manière plus adéquate, en dehors des prisons, notamment les toxicomanes et les personnes souffrant de troubles mentaux,…

Écolo est par ailleurs opposé à la construction de « méga-prisons » telles que celle prévue à Haren. En matière de surpopulation, les études criminologiques montrent que l'augmentation de la capacité carcérale conduit systématiquement à une augmentation des mises en détention, alors que les politiques pénales actuelles visent à davantage explorer et développer les alternatives à la détention. Plus globalement, les « méga-prisons » sont des lieux profondément déshumanisants. En ce qui concerne le projet à Haren, il pose aussi question quant à l'accessibilité pour les familles, le personnel de la Justice et les services d'aide à la réinsertion.

Il ne faut pas oublier que les mauvaises conditions de détention et de son déroulement entravent le processus de réinsertion, ce qui conduit à la récidive, dont le taux en Belgique est d'ailleurs édifiant, comme les journaux l'ont à nouveau tout récemment dénoncé. Ce lien est peu diffusé dans la population et parfois mal compris. Mais l'expérience répétée nous montre que l'échec de la réinsertion est bien un échec pour l'ensemble de la société. S'attendre en effet à ce que des détenus dont les droits fondamentaux ont été bafoués au cours de leur détention réussissent ensuite leur réinsertion au sein de la société, est pour le moins illusoire.

Magali Plovie
Sarah Trillet

mercredi 27 mai 2015

Un vent nouveau à Grenoble



Avec d’autres mandataires écologistes, nous sommes partis découvrir ce qui se passe à Grenoble et avons dans ce cadre rencontré d’autres mandataires mais aussi des acteurs de terrain. Mais que se passe-t-il donc à Grenoble ?

Grenoble a vu depuis les dernières élections municipales une nouvelle majorité qui est très particulière ; en effet, la liste qui a gagné les élections réunissait : Europe Ecologie les Verts, l’Ades, le parti de gauche, des associations locales, les Alternatifs, le Réseau citoyen, ...

Une liste qui réunit différents partis mais aussi des associations et des mouvements citoyens, c’était à priori tout à fait improbable et pourtant, pour différentes raisons très spécifiques à l’histoire et aux citoyens de Grenoble, cela a marché ; Pari gagné mais avec un programme très ambitieux.

Première chose, Grenoble, ville en transition ; mise en place de tout un programme sur l’eau, l’environnement, la mobilité, le traitement des déchets, …





Nous avons pu échanger nos pratiques et les difficultés que nous connaissons chacun dans nos villes respectives. La visite de la société des eaux était particulièrement passionnante.

A côté de ce processus environnemental, un processus démocratique est en train de voir le jour et qui est aussi très intéressant ! Me passionnant pour la participation citoyenne, je ne peux m’empêcher de prendre un peu de temps pour l’expliquer.

D’abord deux objectifs à atteindre : faire participer des personnes qui sont habituellement plus éloignées de la participation et élaborer une participation de co-construction.

Dans ce cadre, trois éléments sont mis en place :

1) le conseil de citoyens indépendants a vu le jour tout récemment après avoir été élaboré par un processus participatif concernant la forme que ce conseil devait prendre, son fonctionnement, … Dans ce cadre, des assises citoyennes réunissant plus de 800 personnes ont été organisées. Ce conseil sera composé de personnes qui seront, en partie, choisies sur une base de volontaires et, en partie, tirées au sort. Cette instance sera associée à toute prise de décisions avec intervention possible au conseil municipal (conseil municipal qui, soit dit en passant, peut être suivi en direct par les citoyens sur internet).
 





2) les budgets participatifs : un montant de 800 000 euros (actuellement car le but est d’atteindre les 2 millions d’euros) du budget d’investissements de la municipalité est consacré pour le budget participatif. Tout citoyen pourra déposer un projet et après examen de la faisabilité par l’administration, un vote sera organisé pour le choix des projets.

3) le droit d’interpellation au conseil municipal et de votation :
- Avec 2500 signatures, un point peut être mis en discussion au conseil municipal suivi d’un vote ;
- avec 8000 signatures, le point peut être soumis à votation.

A cela s’ajoute d’autres décisions ou projets intéressants : décision de suppression de la publicité sur les arrêts des transports en commun, un adjoint au maire spécifique à l’évaluation et la prospective, un conseil consultatif des résidents étrangers (d’autres villes en France ont mis aussi sur pied ce type de structure consultative), …

Alors je ne vais pas vous dire que tout ce qui se passe à Grenoble est parfait. Il y a comme dans toutes les localités des difficultés, des enjeux très difficiles notamment au niveau des finances, et ce d’autant plus quand on a un programme si ambitieux. Il faudra donc suivre tous ces projets et ces démarches. Des évaluations seront fondamentales.

Ce voyage a été pour moi passionnant par les discussions sur ces projets qui nous tiennent tous à cœur et qui ne sont pas toujours faciles à mettre en œuvre dans certaines de nos majorités, ici à Bruxelles. Nos échanges ne font que commencer, l’avenir a besoin de progressistes vu les nombreux défis qui nous attendent tous dans les prochaines années.




Je terminerai par une touche plus légère ; le match de rugby entre Grenoble et Toulouse ; découverte d’un sport et moment très agréable !
 

dimanche 29 mars 2015

Un musée du capitalisme à St Gilles

Un projet a vu le jour : le musée du capitalisme. Il a commencé à Namur et s'est maintenant posé à St Gilles pour quelques semaines.




Je trouve le projet intéressant car il montre comment ce système a été créé par les hommes depuis plusieurs siècles, mais nous montre aussi les bases sur lesquelles il s'est développé, comme par exemple le colonialisme. En nous donnant ces bases de réflexions, il nous permet de mieux appréhender notre système ainsi que le monde actuel dans lequel nous vivons et de concevoir les alternatives possibles. Alternatives qui d'ailleurs sont présentées, de manière encore embryonnaire, dans la dernière salle du musée.





Il est vrai que c'est un projet en cours qui certes doit encore être poursuivi et amélioré (notamment en ce qui concerne les luttes des travailleurs qui ont permis des avancées des droits et des conditions de travail, les limites environnementales, ...); mais en cette époque où de nombreuses voix dans le monde soulignent que le système semble sérieusement s'enrayer, sans parler de ceux qui depuis longtemps remettent en cause la logique même du système, une visite de ce musée est dès lors un premier pas intéressant dans cette réflexion. J'espère que ce musée pourra se développer et trouver d'autres lieux pour poursuivre l'aventure et pourquoi pas un lieu définitif.

Je vous conseille pour la visite de faire appel à un guide.

Bonne visite!


mardi 20 janvier 2015

Les écoles forestoises

En tant que conseillère communale, je suis le dossier des écoles à Forest. Nous avons eu ces dernières semaines une "Commission instruction publique et travaux", qui réunit les échevins de l'instruction publique et des travaux ainsi que certains conseillers communaux forestois. Nous y avons débattu de certains enjeux : le besoin de rénover certains bâtiments, l'évaluation du système d'inscription, la création d'une nouvelle école, l'accueil et l'accompagnement des enfants à soutenir,... Voilà brièvement les dernières nouvelles.
Un calendrier pour la poursuite des travaux dans plusieurs écoles a été établi. On peut se réjouir que ces rénovations vont pouvoir apporter un meilleur cadre de vie à nos enfants.
De nouvelles places en maternelle et en primaire vont aussi être créées sur le site du Bempt, sous forme de pavillons modulaires dès 2015, pour arriver à terme à 428 places dans un nouveau bâtiment. Ce projet est en cours mais doit encore passer toutes les étapes administratives. A suivre donc…
Un autre débat a concerné la centralisation des inscriptions entre différentes communes limitrophes, dans le cadre d’une subvention régionale destinée à stimuler les collaborations entre communes bruxelloises. Cette centralisation va commencer dans les prochaines semaines. Les inscriptions dans les écoles communales de ces communes pour l'année scolaire 2015-2016 débuteront à la même date, c-à-d le 5 janvier 2015 et les modalités d'inscription seront harmonisées. Cette centralisation des inscriptions vise à faciliter la vie des parents dans leur recherche de places pour leurs enfants. Ce système offrira aussi une meilleure vue d'ensemble des demandes d'inscription, ce qui devrait permettre d'y répondre plus rapidement. Cette procédure devra être évaluée et corrigée si nécessaire en cas d’éventuels effets pervers. Les écologistes, nus soutenons cette démarche, mais ne devrait-elle pas être une première étape vers un système plus large ?
Enfin, j'ai été interpellée fin novembre par des associations et des comités de parents, sur les difficultés à organiser dans nos écoles des activités extra-scolaires, et notamment des écoles de devoirs. Nous comptons amener ce débat auprès du Collège des échevins pour qu’une solution équilibrée puisse être trouvée avec les écoles, permettant d’organiser ces activités bien nécessaires pour nos enfants. Vu le manque de locaux pour de telles activités, il nous semble intéressant d’examiner la question du partage et de la mise en commun de ces locaux. Tous sortiraient gagnants d’une meilleure coordination et mutualisation. 
 Je reviendrai avec les évolutions ou les évaluations de ces dossiers! 

jeudi 1 janvier 2015

A l’aube d’une nouvelle année !




La période des vœux est lancée ! Devant notre page blanche, nous avions en tête tous les mots traditionnels et pourtant sincèrement souhaités ; mais comment faire fi du contexte actuel qui touche tous les domaines de la société : du social, de l’environnement, de l’économie, de la démocratie.

Nous voulons que ces vœux soient ancrés dans ce contexte mais pourtant porteurs d’espoir et d’engagements.

Parce qu’en effet, le gouvernement actuel se dirige vers le détricotage de nos acquis sociaux et vers l’adoption de mesures frappant les plus fragiles. C’est le néant sur le plan environnemental. Aucune mesure créative n’est proposée pour sortir de la crise avec un projet systémique et juste.

Notre société est de manière plus globale dans une dynamique perverse basée sur la croissance, destructrice des ressources naturelles et impossible à poursuivre. Nous devons changer de modèle et en construire une nouvelle basée sur les valeurs de justice sociale, de démocratie et de soutenabilité.

C’est de l’utopie qu’on vous souhaite ? Peut-être un peu ; mais peut-être pas tant que cela. De nombreux citoyens se mobilisent et font des choix concrets dans leurs vies de tous les jours permettant d’entrevoir des espaces pour le développement de cette autre société.

Nous, les écologistes, et notamment à Forest, nous sommes à côté de ces citoyens et nous nous battons pour qu’à travers nos structures communales, ce changement puisse concrètement marquer le quotidien des gens. Ce combat se fait au travers des actions de nos mandataires  (notamment le corridor écologique, le soutien aux initiatives pour un mieux vivre ensemble, le combat pour la justice sociale et pour le logement) et des propositions constructives des conseillers communaux.

La locale de Forest, avec ses nouvelles forces vives (le groupe moteur a été dernièrement renouvelé) et ses forces fidèles depuis de nombreuses années, souhaitent travailler encore plus au cœur de la population forestoise ; nous vous proposerons pour cette année 2015 de nouvelles actions visant à allier le plaisir et l’enrichissement de la mobilisation. Nous avons besoin de votre créativité et de votre dynamisme sans tomber dans l’épuisement du militantisme.

Faites germer avec nous les fleurs du changement !

Bonne année 2015 !